Tradition et renouveau

IMG_1110A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle exposition au Centre céramique contemporaine La Borne, j’ai souhaité exprimé les enjeux actuels dans le domaine culturel pour la Région Centre-Val de Loire.

————–

« Tradition et renouveau ». Par cet apparent oxymore, Georges-Henri Rivière désigne un vaste programme de relance et de modernisation de l’artisanat français, lancé au milieu du 20e siècle. Déjà, dans les années 1920, le mouvement d’artistes bretons Ar Seiz Breur avait ouvert la voie à des collaborations fructueuses entre créateurs et menuisiers, ébénistes ou faïenciers.

Suivant cette trace, Georges-Henri Rivière, fondateur du musée national des Arts et Traditions populaires, déploie dans la France entière un programme d’expositions donnant à voir le résultat de telles expérimentations.

De même, en favorisant l’installation de Paul Beyer en 1941 à La Borne, il entend installer un artiste chevronné parmi les potiers détenteurs de savoir-faire et créer ainsi une nouvelle alchimie. Au-delà de cette courte expérience, nous savons désormais qu’à sa suite, ce sont surtout Jean et Jacqueline Lerat qui vont réussir cette alliance de la poterie traditionnelle et d’un véritable esprit de renouveau. Suivant ce sillon, d’autres figures viennent s’installer dans le village durant la seconde moitié du 20e siècle. Grâce à eux, et au contraire d’autres sites de production en France, La Borne a connu un renouveau, s’est transformé et est toujours bien présent dans le paysage céramique et international.

 

« Tradition et renouveau ». Si je me suis permise ce rappel historique, c’est pour vous dire ce soir mon sentiment que La Borne et son centre céramique sont aujourd’hui, à mon sens, à nouveau à un tournant de leur histoire.

 

 

La France vit actuellement un bouleversement de son organisation administrative et territoriale. Le Président et son gouvernement ont voulu rendre plus efficiente l’action publique et la rendre plus lisible pour chacun d’entre nous. Avec la loi NOTRe, Nouvelle organisation territoriale de la République, nous allons assister à partir de 2017 à une montée en puissance des communautés de communes, dotées d’un pouvoir de décision élargie, directement associées aux collectivités régionales qui joueront pleinement leur rôle prospectif. Vos trois communautés de communes, bientôt fusionnées, œuvrent d’ores et déjà à préparer cet avenir. Ces trois territoires sont à mon sens attachés à deux piliers : culture et jeunesse. Centre de loisirs Jean Zay à Saint-Martin-d’Auxigny, Médiathèque de Pigny, Crèche éco-label de Maubranche, Festival Mom’en Théâtre, le centre céramique bien-sûr, la liste serait longue…. sont tous désormais les marqueurs de ce territoire.

 

Je suis persuadée que les énergies sont à l’œuvre et que le centre céramique ainsi que tous les sites et ateliers liés à ce domaine seront confortés dans leur rôle culturel et artistique de territoire. Lors d’une récente rencontre à Rians entre la Région, les élus locaux et les acteurs associatifs, des envies se sont exprimées. Le Centre céramique a toute sa place de structure culturelle pour cette nouvelle communauté de communes. Les Projets artistiques et Culturels de territoire voulus par la Région Centre-Val de Loire, sont des espaces de réflexion et d’action qui peuvent accompagner vos projets à venir.

 

Au-delà de notre territoire, La Borne a bien-sûr acquis une notoriété internationale qu’il convient de soutenir. Dans le domaine de l’attractivité du territoire, la Région Centre-Val de Loire soutient des projets au travers d’une stratégie de marques telles que celle de « Berry Province » ou des projets phare telles que la « Loire à vélo » et plus largement les aménagements de vélo-route. Ces filières structurantes se caractérisent par un professionnalisme, l’excellence de l’accueil et l’adéquation de services par rapport à la clientèle visée. Là-aussi, le Centre céramique, La Borne et l’ensemble d’un territoire marqué par l’histoire et l’usage de la terre doit prendre part à ces stratégies. Je sais qu’une étude financée par la Région Centre-Val de Loire via sa contractualisation avec le Pays a déjà montré la voie pour de telles actions.

 

« Tradition et renouveau ». Il faut être capable de se remettre en cause, d’interroger ses pratiques, d’observer comment le monde change. C’est ce qui nous anime au sein de la direction Culture de la Région Centre-Val de Loire avec les états généraux de la Culture que nous mettons en place dès ce début de mandat. J’ai eu le grand plaisir d’inaugurer cette démarche à Rians il y a quelques semaines. Ce choix n’était pas dû au hasard et démontre, si cela était utile, mon attention particulière pour les initiatives à l’œuvre dans le département du Cher dans le champ culturel. Je vous invite à prendre part à cette vaste démarche de réflexion qui débouchera en mars prochain sur la rédaction de notre nouvelle feuille de route et la création d’une conférence permanente régionale de la Culture. D’ores et déjà, nous savons qu’une nouvelle façon de penser l’inclusion de la culture sur les territoires va se jouer dans ce débat. La structuration d’une filière céramique, valorisant un savoir-faire technique et un terroir, est possible. La création d’un réseau « arts plastiques » est d’ores et déjà en mouvement : La Borne a toute sa place dans cette démarche avec l’Ecole nationale d’art de Bourges, le Transpalette, mais aussi le FRAC à Orléans, les Tanneries à Amilly, le Domaine de Chaumont-sur-Loire et le Centre de création contemporaine Olivier Debré à Tours, notamment.

 

Les Etats généraux de la Culture seront aussi pour nous l’occasion de poser les bases d’un nouveau modèle économique de la Culture. En ce début du 21e siècle, des innovations sociales sont en marche, que nous soutenons fortement en tant que collectivité stratège. Déjà, l’existence de coopératives d’activité et d’emploi à Tours et Orléans a montré que les créateurs pouvaient et devaient se rassembler afin de sécuriser leur parcours, valoriser leur art et faire rayonner l’esprit de création « made in France ».

 

Voilà Mesdames et Messieurs, de vastes chantiers qui s’ouvrent à nous dans les prochaines années. Par ma présence, je veux vous assurer du soutien de la Région Centre-Val de Loire pour relever avec vous ces nouveaux défis.